Projet Vautour

Ce projet a été réalisé dans le cadre d'un concours organisé par Agorize et MBDA réuinissant 250 participants environ.

Contexte

Le projet VAUTOUR a été développé dans le cadre du challenge national Track&Map, proposé par le missilier Français MBDA. Il s’agissait de proposer un moyen d’effectuer une reconnaissance d’un bâtiment protégé afin de faciliter l’envoie des troupes armées par la suite. Nous avions un cahier des charges strict ; zone blanche (pas de signal GPS), surface de 2000m² à cartographier, cible de 5 à 10km de distance. Ce challenge est réparti en 3 sélections sur livrables ; Livrable 1 rendu puis 20 projets sélectionnés, Livrable 2 puis 5 sélectionnés, et enfin la finale des 5 derniers projets. Cette finale est à faire sous forme de présentation orale de 5min, présentée devant le Top management MBDA à Paris. Nous avons pour cela opté sur un drone-planeur, ce duo présente les avantages de chacun des 2 objets. Un drone est pilotable à distance ou bien autonome, et un planeur donne une furtivité maximale. Le travail réparti ; capteurs, vol, structure, … Nous avons proposé plusieurs versions de drone, avant de choisir le modèle final.

Structure générale du drone

Léger, entièrement en composites à matrices céramiques, il est facilement transportable par un soldat. Possédant un unique moteur silencieux, il embarque énormément de capteurs à son bord qui lui permette de rendre compte du moindre détail, de nuit comme de jour. Nous avons deux types de transmissions haute fréquences ; Hertzienne pour la liaison soldat-drone et Satellitaire pour la liaison soldat-satellite (vers la constellation de satellite Français Syracuse). De cette manière, toutes les informations sont envoyées via satellite à un poste de commandement de l’armée Française et vers la France métropolitaine.

Le plan de vol au-dessus de la cible a été optimisé pour permettre de visualiser le bâtiment sur tous les angles possibles. Tout cela en prévoyant l’altitude et la vitesse afin que le drone plane tout au long de l’observation ; notons que l’altitude d’observation doit être en dessous de 300m pour avoir des résultats optimaux. Un vrai défi à relever car cela dépend de la finesse (rapport distance parcourue sur altitude perdue) du drone lui-même.

La furtivité

Une autre caractéristique majeure du projet était sa grande furtivité. En effet nous devions éliminer la trace visuelle, sonore et radar du drone. La trace radar a été limitée avec l’utilisation de la technologie RAM (Radar Absorbent Materials) qui réduit la réflexion de l’onde radar sur le drone. Il fallait toutefois limiter ce procédé car on y voit un échauffement des matériaux et donc une trace thermique. La trace sonore était gérée par un moteur brushless très silencieux, mais de toute manière le drone sera en mode planeur pour l’observation). Un profil étudié pour être très aérodynamique évitant le phénomène de sifflement des ailes. Enfin, un silence électronique sera assuré par une veille permanente d’un maximum d’appareils n’étant pas utilisés. Enfin, la trace visuelle est palliée par un camouflage complet du drone.

La sélection

Notre projet a été retenu à chaque sélection, et au final parmi 250 projets, nous finissons dans les 5 premiers et avons donc l’opportunité d’aller pitcher VAUTOUR devant le top management MBDA à Paris. Ce moment fut vraiment intéressant, nous avons pu échanger avec les 4 autres équipes, rencontrer la direction du groupe MBDA, et avons appris beaucoup de choses. Le temps du coktail a également été très apprécié, idéal pour discuter de manière plus détendue. Cette journée a été bien remplie, il est temps de rentrer. Ce challenge a été très bénéfique pour nous, en remerciant le groupe MBDA et Agorize.